Initial Coin Offering: Un Guide Complet (1/3)

ICO
Share

Certainement l’une des expressions les plus célèbres à l’heure actuelle, l’Initial Coin Offering ou ICO, est utilisée en référence à l’offre publique d’achat (en anglais Initial Public Offering ou IPO) par laquelle les entreprises d’une certaine taille ouvrent leur capital au public en vue de lever des fonds. Les ICO pourraient bien révolutionner le monde de la finance.

Notez qu’il est également très fréquent d’utiliser l’ITO pour “Initial Token Offering”, parce que “Coins” et “Tokens” sont généralement différenciés. Sur le site Coinmarketcap.com par exemple, ces deux catégories sont identifiables en sélectionnant “Coins” ou “Tokens” en haut de la liste de tous les jetons. Les “Coins” correspondent à ce qui est aussi appelé “Native Tokens”, qui, selon la définition du site, sont des “crypto-monnaies qui peuvent fonctionner indépendamment” puisqu’ils reposent sur leur propre blockchain.

En revanche, les “Tokens” (ou “Non-Native Tokens”) sont des “crypto-monnaies qui sont dépendant de la blockchain d’une autre cryptomonnaies pour fonctionner”. C’est par exemple le cas de Dapps qui sont créés au-dessus du protocole Ethereum tel que Storje, augur, Iconomi, Golem ou encore Omnisgo. Ils bénéficient en fait de l’environnement de développement et de la blockchain entretenue par Ethereum.

Pour simplifier, une ICO/ITO est un mode décentralisé pour lever des capitaux. Il s’agit d’une manière décentralisée, parce qu’elle permet aux entrepreneurs d’accéder directement aux investisseurs par le biais de plates-formes décentralisées (Ethereum, Wave…) sans avoir à passer par le chemin traditionnel du capital-risque. Il s’agit de “Coins” ou “Tokens” et non de “titres” émis par nos entreprises traditionnelles, car selon les projets les “Coins” ou “Tokens” peuvent avoir des fonctions et des retours sur investissements qui sont très différentes de ce que nous connaissons avec les instruments financiers traditionnels.

Les méthodes pour émettre des jetons: il y a deux options pour émettre les jetons au moyen d’une ICO. La première méthode consiste à recueillir les capitaux requis et de distribuer ensuite tous les jetons aux participants au prorata de leur participation. Cette méthode pourrait être comparée à l’émission de titres sur un marché primaire tel que nous le connaissons actuellement.

La deuxième méthode est d’émettre les jetons sur un échange de cryptomonnaies pour les vendre directement aux investisseurs. Cette méthode pourrait être comparée au marché secondaire.

Notez que, pendant une ICO/ITO, les deux méthodes peuvent être utilisées, l’une après l’autre, quand il y a une pré-vente par exemple.

ICO

QUELLES SONT LES DIFFÉRENTES ÉTAPES D’UNE ICO ?

Dans cette section, nous allons aborder les ICO/ITO du point de vue d’un entrepreneur (1) et de celui de l’investisseur (2) puisque que les deux sont très différents.

I – LE POINT DE VUE DE L’ENTREPRENEUR

J’ai récemment eu la chance d’assister à une présentation de Hubert de Vauplane et Valentine Baudoin de Kramer Levin, un des cabinet leaders pour l’ICO à Paris, durant laquelle ils ont expliqué les différentes étapes d’une ICO. Compte tenu de l’expérience du cabinet dans le domaine des IPO, ils sont particulièrement bien placés pour décrire les différences entre les deux processus.

L’un de leurs premiers points était de clarifier que le processus d’une ICO/ITO est très proche de celui d’une IPO, à commencer par la nécessité de conclure des contrats avec des spécialistes (conseillers, avocats, banques…) afin de compléter le projet. Ces conseillers nécessitent une mise de départ relativement importante (environ 500 000 $).

C’est pourquoi de nombreux entrepreneurs décident de financer l’ICO à travers une pré-ICO où ils recueillent des fonds grâce à la distribution des jetons pour les premiers utilisateurs. Les fonds recueillis servent ensuite payer les conseillers, les avocats, les banques et tous les coûts de l’ICO.

Donc, l’idée selon laquelle n’importe qui peut organiser une ICO juste en payant des agents avec les jetons de l’ICO n’est pas conforme à la réalité. Une ICO s’appuyant sur un projet sérieux devrait normalement passer par les étapes suivantes :

 

ICO workflow

Nous détaillerons chacun de ces points dans la troisième partie de cette série d’article, mais pour l’instant, il est intéressant d’avoir une idée des différentes étapes :

 1 – Première étape : Structurer l’ICO

Cette partie est réalisée parallèlement à l’émission ou au minage des jetons qui seront vendus.

– Signature d’un contrat de service/ mandat d’accord avec un arrangeur (également appelé “Global Advisor”).

– Signature d’une lettre de mission avec un cabinet d’avocats.

2 – Deuxième étape : Conception du produit

Durant cette période, l’équipe se concentre sur la préparation du produit, en mettant en place un site web et en finalisant le Livre blanc. L’équipe va surtout essayer de motiver la communauté s’ils en ont déjà une. Sinon, ils auront besoin d’utiliser des outils marketing tels que les «Bounty programmes» et les «Airdrops» ainsi que les méthodes traditionnelles pour établir une communauté sur un laps de temps limité. Il est important de mentionner qu’une ICO est une excellente façon de commencer l’élaboration d’une communauté.

3 – Troisième étape : la pré-vente et de vente

Comme nous l’avons déjà mentionné, une pré-vente peut être organisée pour recueillir des fonds en vue de payer pour le processus de l’ICO/ITO. La pré-vente est généralement proposée à un prix réduit par rapport au prix qui sera proposé au cours de la vente.

4 – Quatrième étape : l’après ICO/ITO et le listing

Lister les “Coins” ou “Tokens” sur un échange de crypromonnaies est vital pour le succès de l’ICO/ITO. Obtenir un tel enregistrement garanti systématiquement un prix de vente plus élevé et une exposition à une base d’investisseurs très large.

Cet enregistrement n’est pourtant pas évident dans la mesure où la plupart des échanges ont publié les critères qu’ils évaluent pour accepter ou non les jetons. Ces guides visent par exemple à déterminer si les jetons pourraient être qualifiés d’actions au sens de la réglementation du pays d’enregistrement de l’échange.

 

II – LA PERSPECTIVE DE L’INVESTISSEUR

Une majorité d’ICO reposent sur la blockchain Ethereum. Dans la pratique, un smart contrat est créé et stocké sur le blockchain pour gérer tous les processus de l’ICO: réception de jetons, paiement lorsque le montant du financement est atteint ou le remboursement lorsque le le montant n’est pas atteint. La mise en place de ce genre de smart contrat est assez simple et le code (open source) est disponible sur le site web d’Ethereum.

Si vous souhaitez prendre part à une ICO et commencer à partir de zéro, vous devrez passer par les étapes suivantes:

1- Acheter des Ether ou des Bitcoin sur un échange:

Il n’est pas possible de participer à une ICO avec des monnaies nationales, la première étape est donc d’obtenir cryptomonnaies. La plupart de l’ICO sont réalisées avec des bitcoins ou des éther. Comme nous l’avons décrit dans cet article, il y a plusieurs façons d’obtenir des cryptomonnaies, mais la plus commune est à travers un échange.

2- Mettre en place un portefeuille:

Comme nous l’expliquons dans cet article, lorsque votre cryptomonnaies sont stockées sur un échange vous n’êtes pas propriétaire de votre clé privée. En d’autres termes, vous n’avez aucun contrôle sur vos jetons.

portefeuilles bitcoin

Chaque ICO utilise son propre ensemble de règles, mais la plupart du temps, vous devrez envoyer les clés privées d’un jeton donné (généralement BTC ou ETH) au porte-monnaie créé spécifiquement pour l’ICO. La seule façon d’arrêter et de transférer efficacement vos clés privées, serait depuis votre portefeuille.

Vous ne devriez jamais transférer vos jetons directement vers le portefeuille de l’ICO depuis un échange parce que vous ne détenez pas vos clés privées et les jetons de l’ICO ne vous seraient donc pas adressés.

Quel portefeuille choisir? De toute évidence, un portefeuille électronique qui est compatible avec les jetons de l’ICO que vous recherchez. Aujourd’hui, la plupart des jetons issus durant les ICO sont compatibles avec les standards ERC20 (c’est-à-dire que ces jetons sont compatibles avec le protocole Ethereum), vous aurez besoin d’un portefeuille qui est en mesure de recevoir ce type de jetons. Les portefeuilles les plus couramment utilisés sont MyEtherWallet et Metamask. Il est important de garder à l’esprit que ces portefeuilles n’offrent pas le plus haut niveau de sécurité et que vos jetons devront ensuite être transférés en «cold storage» sur des portefeuilles tel que Ledger ou Trezor.

3- Recevoir vos jetons:

Tous les ICO utilisent un processus différent vous devez donc vous rendre sur leur site web et suivre leur instruction, mais de manière générale, il vous sera demandé de transférer vos Ether ou bitcoins vers une adresse donnée et recevoir vos jetons une fois l’ICO terminée.

Notez que ce n’est pas rare de devoir patienter quelques jours, voire quelques semaines avant votre recevoir vos jetons.

Dans le prochain article de notre série consacrée aux ICO/ITO nous allons décrire comment vous pouvez analyser une ICO/ITO en détail.

Où trouver les ICO/ITO en cours?

Si vous souhaitez prendre part à une ICO, vous pouvez vous rendre sur les sites suivants qui liste les prochaines ICOs :

https://icobazaar.com/

https://www.coindesk.com/ico-tracker/

https://www.coinschedule.com/

https://www.icoalert.com/

https://cointelegraph.com/ico-calendar

 

Si cet article vous a plu, n’heésitez pas à le Liker et à le partager!! 

Follow me on Social media
Share
Passionné depuis 2014 par les technologies liées à la blockchain, j'ai créé ce blog pour partager avec les plus grand nombre les dernières innovations, les start-ups et les Crypto-monnaies qui selon nous constituent une avancée significative pour cette industrie en pleine expansion.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here